Carnet de voyage

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 12 juin 2006

Les dolmush sont pratiques

La turquie est sillonnée par des petits bus qui remplacent avantageusement les taxis car c'est bien moins cher et leur fréquence est importante. Il suffit de se mettre au bord de n'importe quelle route, d'attendre 5 minutes, de lever la main et un dolmush s'arrête après un appel de phare pour confirmer.

Ce sont généralement des renault J9 aménagés en bus mais certains sont customisés en véhicule tuning : néon bleu et sono adéquate !

C'est avec un dolmush que nous faisons le trajet du club jusqu'à Kusadasi. Il nous en coûte 1.5 euros pour deux, là ou il y en a pour 9 euros de taxi.

Première visite de Kusadasi

Le dolmush nous dépose dans la partie haute de Kusadasi. Nous visitons la ville et surtout son centre qui est composé d'un nombre incroyable de magasin en tout genre, ou il est possible d'acheter toutes les contrefaçons de marque très facilement.

Kusadasi est une ville moderne ou les immeubles poussent comme des champignons. La ville n'était qu'un modeste port de pèche il y quelques decennies.

Nous visitons le souk qui ressemble plus à un amas de magasin bien organisés qu'a un souk traditionnel. Le port est aménagé pour recevoir des paquebots de croisières qui déversent chaque jours son lot de touriste pour la journée.

Nous nous éloignons un peu et faisons le tour de l'île aux oiseaux en quête d'une bouteille d'eau pour apaiser les crampes dans les jambes.

Nous retournons au club après une journée de repérage à arpenter Kusadasi et nous jetons sur le buffet !