Carnet de voyage

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 19 juin 2006

Aphrodisias

Départ de bonne heure aujourd'hui pour une virée en voiture de 300km pour visiter Aphrodisias et Pamukkale.

Nous traversons le village de Karakasu ou c'est jour de marché. L'ambiance chaleureuse nous invite à nous y arrêter et à faire quelques provisions en cerises, pèches, miel et gâteaux locaux.

Nous arrivons à Aphrodisias qui est un sanctuaire dédié à Aphrodite, la déesse de la nature, la beauté, l'amour et de l'abondance. Il y a un musé très intéressant qui permet d'admirer toutes les trouvailles faites sur le site. La statue d'Aphrodite en mauvais état y est présente.

Le site est très grand et bien conservé sans restauration sauvage comme à Ephèse. Il reste des années de fouille à effectuer !

Le théâtre n'est pas le plus impressionnant surtout après avoir vu celui de Milet.

Le plus intéressant est le stade qui est en bon état et très grand. Le fait de s'installer sur ses marches laisse imaginer tout ce qui a pu s'y passer de merveilleux comme de sanglant.

Après la visite des lieux nous nous restaurons à l'ombre ou nous discutons avec une personne qui nous conseille un raccourci pour regagner Pamukkale passant par la montagne et le village de Babadag plutôt que la contourner. Nous suivons son conseil et avons bien fait bien qu'ayant eu peur des directions prisent par moment car rien n'est indiqué et personne n'habite le coin. Au fur et à mesure que nous grimpons la montagne la chaleur laisse place à la fraîcheur et le sol sec est remplacé par des prairies.

Nous croisons la gendarmerie en redescendant de l'autre coté de la colline qui avec un dialogue gestuel nous remet sur la bonne route. Après Babadag se trouve un paysage étrange ou la montage semble découpé en tranche.

Au loin de l'autre coté de la vallée nous apercevons une tache blanche qui s'avère bien être Pamukkale.

Pamukkale

Nous arrivons à Pamukkale Pamukkale en fin de journée après la visite d'Aphrodisias. Pamukkale est classé patrimoine mondial par l'UNESCO. Le site est une curiosité géologique. C'est une montagne blanche créé par des sources d'eau chaude libérant en grande quantité des sels minéraux. Pamukkale Pamukkale est appelé le château de coton.

Nous décidons de nous garer en bas du site pour le remonter en le traversant à pied. Il faut se déchausser pour cela et le chemin est balisé. Ce n'était pas le cas il y a quelques année ou l'exploitation touristique à failli faire disparaître le site. Des hôtels maintenant détruit avait été construit, tout le monde se promenait partout et abîmait les fragiles vasques d'eau, l'eau était trouble et la montagne blanche était devenu grise et marron sale. La restauration du site est plutôt réussi, il ne persiste que des vasques en béton de cette époque.

Nous en profitons pour nous baigner dans une zone autorisée dans une eau très chaude à la texture étrange et sortons comme couvert de sel.

Les Romains avait investi le site pour y fonder la cité antique de Hiérapolis dont il reste un théâtre très beau ainsi que de nombreux vestiges. Il existe d'ailleurs une piscine payante ou l'on peut se baigner au milieu des vestiges.

Après le couché de soleil qui donne au lieu des couleurs étranges, nous prenons la route pour rentrer de nuit en 2h30.